Ethique du plongeur


« Lorsque l’abeille disparaîtra, il ne restera plus que quatre ans à vivre à l’homme« . Cette citation attribuée à Albert Einstein évoque parfaitement le fait que le sort de l’Homme est étroitement lié au sort des êtres vivants et ainsi à la biodiversité de notre planète.

La biodiversité c’est quoi et pourquoi elle est importante pour nous plongeurs ?

La biodiversité reflète le nombre, la variété et la variabilité des organismes vivants. Elle englobe la diversité au sein des espèces, entre les espèces et entre les écosystèmes (forêts, mangroves, récifs coralliens, déserts, …).
De la biodiversité dépend tout l’oxygène vital que nous consommons, tout ce que nous mangeons (cultures vivrières, bétail, poissons…), toutes les matières premières que nous utilisons (énergie fossile, minerais, bois, coton,…). La biodiversité contribue à l’épuration et au cycle de l’eau, ainsi qu’aux grands cycles biogéochimiques et à la régulation climatique.
Ces 30 dernières années la perte importante de biodiversité marine a fragilisé les écosystèmes marins et par voie de conséquence le climat car les mers et océans sont essentiels aux cycles biogéochimiques, dont celui de l’oxygène.

Au-delà des actions globales et collectives qui visent à sauvegarder la biodiversité, ce sont aussi nos gestes et nos choix quotidiens qui contribuent à leur sauvegarde.

La plongée comme loisir est un sport en expansion : plus de 1,5 millions de nouveaux plongeurs sont certifiés chaque année. Il existe un lien naturel entre cette pratique et la préservation environnementale.
Si toute la communauté des plongeurs s’unifiaient autour d’activités dites de conservation et de préservation, le résultat serait signifiant.

La charte du plongeur responsable est le minimum auquel devrait être attentif tout plongeur désireux de préserver l’environnement marin.
L’Association Longitude 181 Nature a été créée pour assurer la promotion de la charte, présidée par François Sarano, ancien de l’équipe Cousteau, aux côtés, entre autres, d’Albert Falco, qui fut lui-même capitaine de la Calypso. L’association a obtenu des soutiens variés, de la part d’agences de voyages et tour-opérateurs spécialisés, qui ont assuré la diffusion de la charte auprès de leurs clients, et de l’Association nationale des moniteurs de plongée (ANMP) ainsi que de la Fédération française de plongée. Tous l’ont ratifié. Depuis, elle a fait son chemin dans le monde de la plongée. Aujourd’hui elle est traduite en une dizaine de langues.
Cette charte recommande au plongeur le choix d’une agence de voyages adhérant à une charte éthique et d’un centre de plongée responsable (retraitement des déchets et eaux usées, activité de développement local, etc.). Elle liste des conseils: sur l’équipement (préférence aux palmes courtes, moins agressives pour l’environnement, pas de couverts en plastique sur les bateaux…) et la conduite (ne rien prélever, ne pas toucher animaux et plantes, ne pas nourrir les poissons…).

Il nous faut être responsable de nos actes et des désagréments que nous induisons. A nous de ne pas participer à la destruction d’un milieu dans lequel nous prenons tant de plaisir à évoluer.

Bonne Bulles à tous

Joëlle Brard / Section Bio EPT

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *