Lavandou, mai 2012


Après le WE à Bnayuls l’équipe de l’EPT est de nouveau en vadrouille. Cette fois, nous sommes allés au Lavandou. Le WE a été organisé de main de maître par Julien qui nous a trouvé un hotel très agréable, un club de plongée accueillant, un restaurant à recommander, sans oublier un terrain de pétanque!!

Nous sommes arrivés en ordre dispersé le vendredi soir. Après une nuit plus ou moins courte et un petit déjeuner solide, nous avons rejoint, de bon matin, le club de plongée du Lavadou : le CIP.  Direction la plus vieille épave du site: le spahi. Elle a près de 200 ans et il reste une bonne partie de l’avant du bateau posée sur 25 m de fond. Les chaudières sont un peu plus haut vers 10 m de profondeur. La visibilité était parfaite, on voyait bien la surface depuis le fond (25m). L’après midi nous sommes allés dans la reserve naturelle de Porquerolles pour une belle plongée où nous avons vu de gros mérous, des murènes etc.

Après la plongée certains ont pris le chemin des écoliers pour revenir à l’hotel, s’arretant pour prendre une bonne glace notamment. Pendant ce temps, les autres ont mis en place le traditionnel apéro sous les arbres accueillant de l’hotel. Une petite reunion de bureau improvisée a aussi premis de terminer le document financier pour la demande de subvention au conseil général.

Après le diner, une partie de boules endiablées s’est déroulée, entre coupée par des excercices de jonglages périlleux avec les boules de pétanques. Aucun blessés à déplorer.

Nous avons pourtant une pensée pour Thierry, qui joue de mal chance avec le Lavandou. Pour des raisons de santé Thierry n’a pas pu venir et tu nous as manqué! On te souhaite un bon rétablissement et on espère plonger avec toi très bientot.

Le lendemain matin, nous avions de nouveau rendez vous de bonne heure pour la plongée. Nous avons été recompensés puisque le site retenu par le conducteur du bateau a été l’épave du Grec. Un bateau coulé à la fin de la 2nd guerre mondiale après avoir heurté une mine ayant échappé au déminage de la côte. L’épave est pleine de vie, les gorgonnes rouges recouvrent une grande partie de la coque et de grous mérous peu craintifs se balladent avec les plongeurs. Après 15 min magiques au fond (environ 40-45m) il est temps de remonter faire les paliers, presque 10 min, c’est long mais c’est la rançon d’une plongée aussi extraordinaire. L’après midi nous avons été à la pointe de la galère. Un site dans la reserve naturelle mais qui n’est interessant qu’à partir de 25-30m de fond. Nous avons quand même profité d’une visibilité extraordinaire et de beaux champs de posidonies…

La soirée a été très réussie. Après une courte reunion du bureau ayant pour but de mettre sur pied l’ordre du jour du prochain conseil d’administration, nous avons attaqué un sérieux apéro. Il a été interrompu par un gros orage qui a fait beaucoup de mal aux vignobles alentour. Après le repas, une nouvelle partie de pétanque a donné lieu à des scores inoubliables et notamment un 13-0 magistral.

Le lendemain matin, nous avons eu la chance de plonger sur une épave d’avion. Un Wildcat de la seconde guerre mondiale. L’avion repose, à l’envers, par 54 m de fond. De nombreux poissons y ont élu domicile : un congre dans le moteur, de beaux chapons sous les ailes et un énorme homard sous l’aile gauche. De nouveau nous avons eu de longues minutes de palier, mais cela en valait la peine.

Le dernier déjeuner pris ensemble a été des moules et des frites, puis nous avons repris une longue route vers Toulouse. Modulo quelques embouteillages, le retour s’est bien passé. Nous avons une pensée pour Florence et Alessandro qui ont joué de malchance, subissant une panne de voiture puis un accident, sans gravité pour eux, avec le taxi les ayant pris en charge.

En résumé, un WE bien rempli, très réussi, de belles plongées, de bons moments entre amis, tout à fait l’état d’esprit du club!

A bientot pour de nouvelles bulles

Etienne

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *