22-25 mai 2010 Marseille


Le WE dernier, l’Ecole de Plongée Toulousaine était de sortie à Marseille. Le soleil a magnifiquement illuminé ce rendez vous maintenant traditionnel de l’EPT. Arrivé sur site le vendredi soir, nous avons découvert un club niché dans les petites ruelles du 8ème arrondissement de Marseille. Nous avons été accueilli par la patronne Anne qui nous a mis au parfum des horaires des repas, des plongées, de l’organisation des mini-bus pour aller au port etc. Après le diner nous avons commencé les choses sérieuses avec la mirabelle, la poire, la vodka-caramel. Le tout s’est terminé sur un terrain de pétanque improvisé, vers 2 h du matin. Malheureusment, il y a de mauvaises habitudes qui ont été prises l’an passé et nous avons retrouvé nos lits en bataille en revenant ! mais la vengeance est un plat qui se mange froid…

Le samedi matin, le départ pour le port a eu lieu à 8h15 après un solide petit déjeuner. Le premier site a permis aux plus téméraires de trouver une belle étendue de sable à 60 m de fond. Les N2 encadrés sont descendus à 40m sur un beau tombant de gorgonnes et les N2 et 1 se sont régalés sur le haut du même tombant. L’après midi nous avons plongés sur les farillos, un site composé de 2 rochers qui dépassent de l’eau et sous lesquels on trouve de belles arches. La lumière et les bancs de poissons sous les arches sont magnifiques. Nous n’avons pas trop trainé en mer, car la finale de la H cup nous attendait. Le temps de prendre une douche, de mettre de la mousse à raser dans les tongs de Sylvie, de décapsuler une petite bière, de régler la TV sur France 2 et à 17h45 tout était en place pour regarder la finale. Cela fut tendu jusqu’au bout mais la victoire de Toulouse était inévitable, malgré les aller Biarritz de Laurie, une monitrice du club. Mais encore une fois, la vengeance est un plat qui se mange froid …

A la fin du match, nous avons trouvé la terrasse du club transformée en salle à manger et un barbecue géant avait été installé. Nous avons donc profité du beau temps au maximum, et c’est là qu’un aller Biarritz a fait débordé le vase. La pauvre Laurie a été empoignée par les bras et pieds et menacée de finir dans le bac de rinçage. Sous la menace, un aller Toulouse peu convaincant lui a quand meme été arraché. m’enfin ! La suite de la soirée a été un bon moment de convivialité comme l’EPT sait les créer.

Dimanche matin, briefing de Marius : Messerschmitt et Chaouen, on nous explique avec force détails, comment trouver l’épave de cet avion vers 45 m en suivant un tombant jusqu’à une faille puis prendre sur un banc de sable sur 50 m pour tomber sur l’épave. Ensuite il s’agit de revenir par le même chemin, de continuer le tombant pour arriver sur le Chaouen. Bref tout le monde est ravi, une belle 40 pour ceux qui ont le niveau, une explo épave pour les autres, parfait. Nous partons au port, nous embarquons et commencons à naviguer… Malheureusement un peu de brume limite la visibilité et l’ile du planier n’est pas directement visible comme à l’accoutumé… le bateau ne dispose pas de GPS… alors on demande notre chemin à un bateau arrêté par là, on sort les Iphones etc !!!! arpès avoir fait des ronds dans l’eau pendant un gros quart d’heure, Marius se décide à changer de site et nous amène finalement sur l’Impérial du milieu. La plongée était sympa mais vous vous en doutez, le pauvre Marius s’est bien fait charrié !!!

La plongée de l’après midi s’est déroulée sur le Briançon, une très jolie plongée avec des arches, des tombants, de quoi passer un très bon moment sous l’eau.

La soirée du samedi soir s’est terminée au bar irlandais TheRedLion (épeler chaque lettre pour avoir « the touch »). Nous avons eu droit à un show de Bernard et Gisèle exceptionnel. Personnellement je suis rentré vers minuit, mais il a du se passer encore des choses après puisque le lendemain, nous avons trouvé une panquarte déviation devant le local avec le matériel de plongée et un cone DDE orange devant la porte de la chambre…

Dimanche matin, nous avons eu la chance de plonger sur la Drome, une épave de 69 m coulée par une mine par 50 m de fond. Après la descente le long d’un pendeur, nous partons vers l’inconnu pour tomber, 10 m plus loin, sur cette immense squelette d’acier qui se découpe dans la nuit. Survol de l’avant, le canon, les cales. L’ambiance est indescriptible mais les 14 min autorisées par le DP passent trop vite. Déjà nous devons amorcer notre remontée vers les 14 min de palier qui nous attendent !

Ce même dimanche matin, les N1 et 2 ont été plonger sur le Chaouen. La brume s’était finalement levée sic sic…

Après le repas de midi, chacun a repris le chemin de Toulouse, et a subi quelques embouteillages. Enfin pas tout le monde !

A bientôt

Etienne

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *